matt's poetry pocketbook:
poems and poets

Le Pont Mirabeau

Guillaume Apollinaire

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Mirabeau Bridge

Under Mirabeau Bridge runs the Seine
with all our loves,
which I must recall,
joy forever following pain.

Night sounds the hours, days depart, I remain.

Hand in hand let us stand face to face
while under
the bridge of our arms pass
our time-locked eyes in a lazy wave.

Night sounds the hours, days depart, I remain.

And love runs like this running water,
love runs,
sure as life drags,
sure as hope forces.

Night sounds the hours, days depart, I remain.

Days pass into weeks that pass.
Neither times passed
nor my love return.
Under Mirabeau Bridge runs the Seine.

Night sounds the hours, days depart, I remain.

Translation by matt, 2006.


This is for Mijanou Bleche. In English, this poem's just begging to be a sonnet, I think…